FALL ELPIDIO, THE BENELUX JETSETTEURS KITCHEN QUEEN

Avec la réduction puis la suppression du gluten de mon alimentation, les quiches et tartes salées qui étaient jusque-là mes recettes express SOS préférées grâce aux pâtes industrielles sont petit à petit complètement sorties de mon alimentation. J’ai donc cherché des alternatives à toutes ces pâtes qui m’étaient avant si facilement accessibles pour les remplacer par une version qui me convienne et me permette à nouveau de manger tartes et quiches salées que j’adore. Si je tâtonne encore pour trouver la combinaison parfaite pour une pâte sablée sans gluten aussi délicieuse que celle des tartes aux fruits de mon enfance, j’ai trouvé l’alternative qui me convient pour les tartes et quiches salées et surtout grace à Miadé Délices, petite entreprise moderne d’ une togolaise passionnée et étonnante qui devient de plus en plus influente dans la diaspora Africaine en Europe grâce à ces ménus frais et naturels.

Mlle MABUDU ABLAVI FALL ELPIDIO, LA JEUNE CHEF, SERVEUSE DES DÉLICES TOGOLAISES AUX JETSETTEURS DE MONACAIR EN FRANCE & DANS LE BENELUX, RÉPOND À MES QUESTIONS.

Mlle MABUDU Ablavi Fall Elpidio



Comment expliquez-vous, Chère Elpidio l’attraction de dizaines de jeunes togolaises cadres supérieures de la diaspora désireuses de se reconvertir dans les métiers manuels, plus précisément les métiers de bouche ou cuisine et restauration ?

Nos parents nous avaient le plus souvent conditionnés à étudier, ramener de gros diplômes, mettre des costards et rester dans des bureaux, mais souvent ce n’est pas
forcément le souhait de l’enfant, c’est pour cela qu’en grandissant il embrasse les métiers entrepreneurials. Ce qui explique cette forte reconversion des jeunes de la diaspora.

Ces dernières années les émissions de télé-réalité culinaires se sont multipliées sur les chaines étrangères et réseaux sociaux et biaisent bien souvent la vérité des métiers de la restauration. Auraient-elles eu leur impact sur la volonté de certaines africaines d’abandonner leur vrai diplôme?

Je pense que cela à plutôt contribué à leur envie de faire ce qu’ils ont toujours voulu faire.

Avec votre expérience avec la création de miade délices vous savez certainement que les métiers de la restauration sont métiers réputés difficiles tant sur le plan physique que mental, et même si certains souhaitent absolument quitter leur « job à la con », on t’ils pleinement conscience de la possible galère dans laquelle ils s’embarquent ?

Personnellement, je sais ce dans quoi je me suis embarquée, mais j’ai sauté le pas, car la cuisine et moi c’est une vraie histoire d’amour. C’est une passion qui ne date pas d’aujourd’hui.

Les chefs cuisiniers indépendamment de leurs talents culinaires sont encore parfois de piètres gestionnaires. Acheter des produits au juste prix peut s’avérer un casse-tête, de même que composer une carte, gérer les fiches de payes etc.. Mais alors ne faire que des recettes Africaines à Paris comment arrivez-vous à s’organiser pour avoir des produits frais, gérer votre agenda des commandes et évents ?

Avant je me referais au fret aérien de Lomé, mais avec la situation sanitaire
actuelle, je m’approvisionne sur place (Château Rouge). Une grande sensibilation est faite aux clients pour qu’ils commandent minimum trois jours à l’avance afin que je puisse gérer et satisfaire la clientèle.
Quant aux évents évènements genre babyshower, anniversaire, mariage; ce sont des trucs préparés à l’avance minimum deux semaines, car il faudrait gérer les petits fours, les entrées les desserts, les plats, et souvent si ce sont des grands programmes évènementiels, je sollicite l’aide des connaissances qui sont également dans le domaine de la cuisine, afin que tout se passe pour le mieux, et on partage au finish la paie. Il arrive que je sois sollicitée à la dernière pour un coup de main à un client parce que le traiteur initial ne pouvait plus répondre à ses besoins mais çà c’est souvent rare.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est miade-delices.jpg


Est il encore utile d’être sur Paris si finalement Miadé Délices surpassent les rêves pour lesquels on quitte l’Afrique ? Pensez-vous que cet afflux de « cerveaux en quête de sens » vers les filières BEP ou CAP puisse à et terme, inverser le regard de la société sur ces professions historiquement moins considérées par les CSP+ ?

Ramener la culture culinaire togolaise hors de nos frontières est une de mes fiertés, car la plupart d’Africains présents sur le sol européen rencontrent des difficultés
avant de déguster certains de nos plats africains. Et surtout par manque de temps aussi. L’afflux des cerveaux vers les filières professionnelles a déjà commencer à inverser le regard de la société sur ces professions historiquement moins considérées. Avant un vendeur de la Street Food togolaise n’est vraiment pas considéré ni même respecté, mais depuis un moment une prise de conscience est née car chacun à compris que l’entrepreneuriat dans son ensemble bien que difficile est une bonne chose.

ABLO KOU KANLAMI CHEZ MIADÉ DÉLICES BY ABLAVI FALL ELPIDIO


On vous remarque de plus en plus dans le Benelux voyant vos plats les plus livrés aux pilotes de Monaco, les personnalités LaRem . Quels sont les plats les plus demandées et quelles valeurs ajoutées à vos plats qui changent la donne et font la différence et l’authenticité de Miadé délices ?

Le plus souvent les clients commandes Ablo (gâteau de riz light et sucré), Akpan et Khom ( Boule de Maïs après la fermentation), Ayimolou (Haricot et Riz cuisiné avec de la Potasse) et la Sauce d’Adémè (Corette potagère ou Lalo), Ebessé flonflon (Piment légèrement cramé avec divers ingrédients sains , délicieux) et des Grillades. Les pilotes ont l’esprit ouvert sur une Afrique exotique. De plus en plus d’européens cadres sont à la quête de famille riche en couleur, chaleureuse et divine. Les recettes sont cuisinées avec amour, et non pas seulement pour la quête de l’argent. Cela fait toute la différence et donne une valeur humaine à chaque plat servi togolais à ses personnalités.

Il fait tellement beau, l’air est tellement doux que je n’ai pas envie de retourner me claquemurer dans mon bureau alors puis-je passer à table chez vous?

(Rire) Bien évidemment La Loménarde, c’est pour moi l’honneur de vous rencontrer enfin.

Catégories : Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s